Corentin Leblanc

 

« Disparition »

«Nous sommes à la fois ici et là grâce aux techniques de communication et de téléprésence», cette phrase issue du texte « Sur les chemins du virtuel » de Pierre Lévy nous apprend que le corps peut être confronté à un phénomène de téléprésence, le corps est donc à la fois présent et absent, il tend à se métamorphoser au profit d’une nouvelle forme.
Un phénomène ne cesse de prendre de plus en plus d’ampleur dans ce processus, celui de disparaitre. Afin d’échapper à leur existence, un nombre toujours plus important d’individus tentent de trouver une échappatoire, celle-ci peut prendre une multitude de forme, elle peut se trouver dans la drogue, dans le sommeil, ou encore dans un enfermement dans un monde virtuel. Mais dans tout ces cas, on tente de s’oublier, d’être présent sans présence. Il y a une volonté d’absence de soi, l’individu se dessaisit de son existence, dans une volonté d’impuissance et d’oubli. Dans cette tentation contemporaine, celle de disparaître de soi, le corps prend une place particulière. En effet, il devient indépendant de l’esprit, parfois support des expérimentations, mais, est, dans la plupart des cas, inutile à l’expérience d’effacement de soi. Il entre dans un processus similaire à l’esprit, il tend à disparaître. Le corps va s’effacer, il va se fondre au sein de son environnement, ou encore se trouver à plusieurs endroits à la fois, être «ici et là» dans un même instant. Cette idée est le support de réflexion de ce projet, qui propose une vision de ce phénomène de disparition du corps.
En particulier, le passage d’un corps matériel à un corps immatériel, changement qui survient dans la société contemporaine, notamment avec l’avènement du numérique et de formes immatérielles d’identité.

Top